Une journaliste est venue à l’école …

On y entre comme si l’on pénétrait dans une maison de famille. L’école Sainte-Thérèse existe dans le quartier de Montsort depuis 1885. « Elle était tenue par des religieuses à l’époque », commente Kristel Chwieducik, la directrice depuis bientôt sept ans. Une fois à l’intérieur, des salles de classe sont desservies par un long couloir qui mène à une cour intérieure où les enfants se défoulent.

 

L’année scolaire prochaine ne devrait pas être trop perturbée par les travaux, sauf dans la cour de récréation. « Mais on fera des roulements », précise la directrice. | Delphine LE NORMAND.

 

L’école compte 137 élèves, de la petite section au CM2, mais elle est depuis deux ans victime de son succès. « On refuse 30 à 40 enfants à chaque rentrée », confirme la directrice.

 

Kristel Chwieducik est directrice depuis septembre 2011. | Delphine LE NORMAND.

 

Alors le diocèse a eu envie de pousser les murs. Seulement pour s’étendre quand on est en centre-ville, il faut d’abord que des voisins nous laissent gagner du terrain. « On a visité plusieurs maisons à vendre », détaille Philippe Muller, président de l’Ogec, l’organisme de gestion de l’école, et également parent d’élèves. La solution va finalement venir avec l’achat d’un jardin voisin d’environ 400 m2. C’est là dessus que sera construit le futur bâtiment dédié aux petites et moyennes sections.

Un dépose minute devant l’école

« Le chantier va démarrer en juin et va durer un an. Le nouveau bâtiment de près de 200 m2 sera opérationnel à la rentrée 2019 et sera dédié aux maternelles », précise la directrice. Deux salles de classe, un dortoir et des sanitaires y seront installés. Ce qui va dégager de la place dans l’école actuelle.

La salle de cantine va notamment respirer. Actuellement, trois services de midi ont lieu pour nourrir les 80 à 90 élèves qui prennent leurs repas à l’école. « Là, on va transformer une classe en cantine et aménager un espace, aussi, pour installer le point de réchauffage des plats », ajoute Philippe Muller. Les enfants prendront donc leur repas en deux services à partir de septembre 2019.

 

Dans la valise des travaux, le diocèse va également faire l’acquisition d’un petit parking situé sur le devant de l’école de 130 m2« Cet espace sera transformé en petite cour d’accueil où les enfants pourront patienter. Les parents y accéderont via un portail qui s’ouvrira uniquement avec un badge », annonce Philippe Muller. Un dépose minute sera également matérialisé juste devant l’école. Montant de l’investissement total : « autour de 500 000 € », annonce Philippe Muller.

Forte de tous ces changements, l’école Sainte-Thérèse déposera une demande pour une ouverture de classe. La directrice sait qu’elle pourra la remplir. « Mais comme dans le public, cette ouverture ne sera accordée que si une classe ferme dans une autre école privée », ajoute Kristel Chwieducik. À voir si cette requête aboutira.